Sélectionner une page

Le Cannabis légalisé à Zurich

SI le CBD suisse est déjà légal, le THC semble s’approcher lui aussi vers la légalisation.

Les habitants des villes de Zurich, Winterthur et du canton de Saint-Gall peuvent légalement posséder jusqu’ à 10 grammes de cannabis sans crainte de poursuites pénales. La Cour fédérale de justice a récemment déclaré que ” la simple possession de quantités mineures de drogues à des fins de consommation ” n’est pas une priorité, ce qui appuie la décision du tribunal municipal l’an dernier de décriminaliser les petites quantités de cannabis.

“Nous cesserons à l’avenir de poursuivre les adultes pour la simple possession d’une petite quantité de cannabis, ou bien nous ne les traiterons pas (les rapports de police reçus) du tout “, a déclaré Katharina Graf, directrice du tribunal municipal de Zurich.

La consommation publique reste toutefois illégale et continuera d’être sanctionnée par une amende de 100 francs suisses, sans que le propriétaire ne fasse l’objet d’une action pénale. Les villes de Suisse orientale étudient également la mise en œuvre de politiques de décriminalisation du cannabis.

Nous en avons entendu parler (le verdict de la Cour fédérale) et avons commencé cette semaine “, a déclaré Florian Schneider de la police cantonale de Saint-Gall à propos des annonces officielles des deux villes.

Jusqu’à 10 grammes de cannabis autorisés:

La police de Zurich, quant à elle, a annoncé que les propriétaires de petites quantités continueront d’être signalés jusqu’ à nouvel ordre.

“Nous sommes au courant du jugement du Tribunal fédéral et de la décision du tribunal municipal. La question de savoir si cela va entraîner un changement dans notre pratique est encore ouverte “, a déclaré Marco Cortesi, le porte-parole de la police zurichoise.

Quoi qu’il en soit, ces rapports n’auront plus aucune conséquence pour les personnes touchées. La question de savoir si la nouvelle réglementation s’applique aux mineurs de moins de 18 ans n’est pas encore claire, étant donné que le tribunal municipal n’est responsable que pour les adultes.

Loi formulée de façon lente

Le renversement découle de deux cas où des amendes avaient été imposées à des individus que la Cour fédérale a par la suite jugées inappropriées. Dans un cas, à Bâle, un homme a été attrapé avec 0,5 gramme de marijuana et 0,1 gramme de haschich. Il a été condamné à payer une amende de 100 francs. Au lieu de payer l’amende, il a porté l’affaire devant la cour fédérale. Le tribunal fédéral a statué en sa faveur, déclarant que son infraction n’était pas liée à la consommation et que l’amende avait été infligée à tort car il s’agissait “clairement d’un acte préparatoire non criminel”.

La Haute Cour a confirmé leur position dans une décision rendue en 2016 selon laquelle un étudiant local avait été condamné à une amende injustifiée pour possession de huit grammes de cannabis. L’étudiant avait été accusé et relâché par le tribunal de district de Zurich, qu’il refusait de payer, optant plutôt pour faire appel de son cas au niveau fédéral – la première fois que la loi sur les stupéfiants a été examinée en profondeur après sa révision en 2013. Seule la consommation de cannabis est une infraction, mais la police a également infligé des amendes illégales pour possession de cannabis.

L’annonce faite cette semaine par le tribunal municipal de Zurich est la première fois qu’une municipalité adopte une position officielle sur la dépénalisation fondée sur la directive de la Haute Cour.

Dans le canton de Thurgovie, la possession et l’acquisition de petites quantités de cannabis jusqu’ à 10 grammes ne sont pas punissables “, a déclaré Hansruedi Graf, procureur fédéral du canton de Thurgovie, à une station de radio locale.

Dans un sondage non représentatif réalisé cette semaine par le “Tagesanzeiger” suisse, 85,5% des personnes interrogées soutiennent l’impunité pour possession de petites quantités de cannabis. Comme le cannabis riche en CDB est vendu légalement, la police suisse a du mal à distinguer les bourgeons légaux et illégaux.

Le boom actuel de la CDB a contribué à une meilleure compréhension du cannabis et à un changement dans la perception suisse de la valeur du cannabis Sativa. Alors que moins de 37% des Suisses ont voté pour la légalisation lors du scrutin national de 2008, selon un récent sondage représentatif, la légalisation est aujourd’hui soutenue par les deux tiers de la population suisse.

Un nouveau Conseil fédéral  pour la légalisation

L’élection d’Ignazio Cassis au Conseil fédéral contribue également à une image plus positive de l’industrie du cannabis auprès des supporters suisses. Cassis s’est battu pour l’Initiative Hanfinitiative (Initiative Chanvre) pendant son mandat de Conseil National – l’initiative a été rejetée par les électeurs en 2008. Cassis est le premier avocat actif du cannabis au sein du gouvernement suisse et a ouvertement admis avoir fumé du cannabis en tant que candidat.

Source : https://www.marijuana.com/news/2017/09/swiss-federal-court-okays-10g-of-cannabis/